57) Liberté, Justice, Fraternité

Libertate, Dreptate, Frăție
Freedom, Justice, Fraternity
ДРЕПТАТЕ ФРЪЦІЕ
„Tot norodul românesc / All the Romanian people
Pre tine te proslăvesc: / We praise thee:
Troiţă de o fiinţă, / Holy Trinity,
Trămite-mi ajutorinţă / Send me help
Cu puterea ta cea mare / With your big power
Şi cu braţul tău cel tare, / And with thy mighty arm,
Nădejde de dreptate / Hope for the justice
Acum să am şi eu parte. / I may share now."
1821, Ghenarie 5 / 1821 January 5
Flag of the Revolution of Tudor Vladimirescu: an uprising in Wallachia (south region of Romania)
against Ottoman rule, revolt which took place during the year 1821

Costache Petrescu (1829-1910): Romanian revolutionaries of 1848
The Wallachian Revolution of 1848 was a Romanian liberal and nationalist uprising. Part of the Revolutions of 1848, and closely connected with the unsuccessful revolt in the Principality of Moldavia, it sought to overturn the administration imposed by Imperial Russian authorities and demanded the abolition of boyar privilege. Led by a group of young intellectuals and officers in the Wallachian Militia, the movement succeeded in toppling the ruling Prince Gheorghe Bibescu, whom it replaced with a Provisional Government and a Regency. Its international status was contested by Russia. After managing to rally a degree of sympathy from Ottoman political leaders, the Revolution was ultimately isolated by the intervention of Russian diplomats, and ultimately repressed by a common intervention of Ottoman and Russian armies. Nevertheless, over the following decade, the completion of its goals was made possible by the international context, and former revolutionaries became the original political class in united Romania.

Military flag (1863) of Alexander John Cuza: Prince of Moldavia, Prince of Wallachia, and later Ruler of the Romanian Principalities (1861-1866)

Flag of Carol I of Romania (1867)

Flag of King Carol I of Romania (1877)

Flag of King Ferdinand I of Romania (1921-1927)


See also:

In the 17th century, in a letter to the Sultan of the Ottoman Empire, Stefan Batory, the Prince of Transylvania stated that "The lands between the Bug and Dniester are populated by a mix of races composed of Lithuanian Poles, Muscovites, and Romanians. The Cossacks are raised from the Muscovites and Romanians". While the Ruthenian ethnic element is fundamental for Cossacks, there was also a considerable number of Romanians among the hetmans of the Cossacks [e.g. Ioan Potcoavă; Grigore Lobodă (Hryhoriy Loboda), who ruled in 1593–1596; Ioan Sârcu (Ivan Sirko), who ruled in 1659–1660; Dănilă Apostol (Danylo Apostol), who ruled in 1727–1734; Alexander Potcoavă; Constantin Potcoavă; Petre Lungu; Petre Cazacu; Tihon Baibuza; Samoilă Chişcă; Opară; Trofim Voloşanin; Ion Şărpilă; Timotei Sgură; Dumitru Hunu and other high-ranking Cossacks: Polkovnyks Toader Lobădă and Dumitraşcu Raicea in Pereyaslav-Khmelnytskyy; Martin Puşcariu in Poltava; Burlă in Gdańsk; Pavel Apostol in Mirgorod; Eremie Gânju and Dimitrie Băncescu in Uman; Varlam Buhăţel; Grigore Gămălie in Lubensk; Grigore Cristofor; Ion Ursu; Petru Apostol in Lubensk].

Above, the Coats of Arms of Wallachia, Moldavia & Transylvania.

56) Catherine II, despote éclairé ou mégalomane pragmatique?



Depuis 1762, Catherine II règne en autocrate (unique détentrice d’un pouvoir dit de droit divin) sur une population essentiellement composée de serfs dans l’immense Empire russe. Admiratrice des Lumières françaises, surnommée la « Sémiramis du Nord » par Voltaire, elle finance l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert et propose a l'empereur de Habsbourg un projet de Partage de l'Empire ottoman entre la Russie, l'Autriche et la France...

Le projet « byzantin » ou  « grec » était exposé dans la lettre confidentielle de Catherine II à Joseph II du 21 septembre 1782. Mais ce qui était couché sur papier, flottait  déjà dans l'air deux années avant. Ensuite,  le secrétaire de Catherine, A. A. Bezborodko, a rédigé un brouillon, puis le prince Potemkine y a apporté des corrections. Le projet était géopolitique et prévoyait un redécoupage de la carte de l'Europe du Sud-Est.

"Les relations roumano-hongroises dans la perspective de la construction européenne", René Bustan (2007)

Une histoire d'amour impériale et l'origine des roumains

L'impératrice jugeait opportun de créer entre les trois empires - russe, ottoman et celui des Habsbourg une sorte d'état tampon, indépendant d'eux qui comprendrait la Moldavie, la Valachie, la Bessarabie  sous le nom de Dacie (du latin Dacia). Il serait dirigé par un monarque chrétien attentif aux intéret de Petersbourg et de Vienne. Cet état ne devait jamais s'unir avec l'Autriche ou avec la Russie. Les lettres de Cobenzl montrent bien que la Dacie était clairement prévue pour être le royaume de Potemkine.

En 1774 Grigori Potemkine devint l'amant et le favori de Catherine II jusqu'à sa mort. En 1776, à la requête de Catherine, l'empereur Joseph II élève Potemkine au rang de prince du Saint-Empire romain germanique.

Le prince Potemkine (1739 - 1791) espérait obtenir la vice-royauté de la Crimée, ou régner sur la Valachie et la Moldavie, auxquelles Catherine avait restitué leurs anciens noms de Tauride et de Dacie. Il est mort pendant les négociations sur le Traité de Jassy (Iași) - signé le 9 janvier 1792.

En 1789, les troupes du prince de Saxe-Cobourg conquiert Bucarest, tandis que les Russes avancent en Valachie et, avec l'appui d'un important corps autrichien, remportent des victoires sur les turcs à Focşani. L'objectif du traité de Iași (Jassy) était de mettre fin à la septième guerre russo-turque déclarée par les Ottomans à la Russie en 1787 parce que cette dernière avait occupé le khanat de Crimée (1783) et le littoral septentrional de la mer Noire. À la fin des négociations l’Empire ottoman reconnaît l'annexion russe de la Crimée tandis que la Russie évacue les principautés danubiennes (toute ressemblance avec la stratégie de Poutine en Crimée et dans le sud-est de l'Ukraine ne serait que pure coïncidence, n'est-ce pas?).

Le 18 février 1790, le Quartier Général de l'Armée russe, installé à Jassy, commandé par le prince Potemkine fit paraître dans la capitale de la Moldavie le premier numéro d'un journal en français, intitulé "Courrier de Moldavie". Entre les trois mots du titre apparaissent les armoiries de la Moldavie : une tête d'aurochs.


La Dacie

La Dacie (invoqué par Catherine la Grande) est, dans l’Antiquité, un territoire de la région carpato-danubiano-pontique correspondant approximativement à ceux des actuelles Roumanie, Moldavie et des régions adjacentes. Le mot Dacie vient du nom romain de ses occupants principaux, les Daces, qui sont très proches des Thraces.

La question des origines du peuple roumain a été au cœur d’une vaste controverse à l’échelle européenne durant deux cents ans, opposant les partisans d’une continuité d’un peuplement roman sur l’actuel territoire de la Roumanie depuis la conquête de la Dacie par Trajan (101-102 et 105-106) jusqu’à l’époque contemporaine, et les adversaires - adeptes de la théorie dite « migrationniste », postulant que la Dacie fut une tabula rasa entre la fin de la domination romaine (271 - 275) et la conquête hongroise du Bassin carpatique (900 - 1100). Selon cette deuxième théorie l’essentiel de la romanisation s’est produite au sud du Danube et les roumaines (valaques): le thraco-daces romanisés (au nord de la Ligne Jireček) ont émigré au nord du Danube - au IXe siècle, en raison de la poussée bulgare.

À ces deux théories antagonistes, s’ajoute une troisième théorie universitaire, postulant une séparation progressive, du VIIe siècle au XIIe siècle, des populations thraco-daces romanisées Nord- et Sud-Danubiennes en raison de l’installation massive des slaves parmi elles, alors qu’elles avaient auparavant évolué de part et d’autre du Danube, sur les deux rives.

Découvrez ensuite - dans la thèse de doctorat suivante (paru en avril 2007), quelques considérations sur la continuité des daco-romains en Dacie :
Page 81
Page 82
Page 83
René Bustan (l'auteur de cette these) est diplômé de la Sorbonne, docteur en Relations Internationales.

En savoir plus:

55) "Nos ancêtres les Gaulois"


1) Il y a environ 35 000 ans: H, C & A
Les haplogroupes H, C & A représentent aujourd'hui moins de ~2% de la population de la France. Ils sont devenus très rares actuellement.

L'histoire des européens commence il y a environ 35 000 ans avec Cro-Magnons, les premiers Homo Sapiens à coloniser l'Europe. Partis du Proche-Orient il y a 45.000 ans, ils ont progressé très lentement des Balkans vers l'Europe occidentale, se métissant probablement avec les Néandertaliens autochtones en chemin. Aucun ADN-Y de Cro-Magnon n'a encore été testé à ce jour (seulement l'ADN mitochondrial), mais il est probable que la première vague d'Homo Sapiens, liée à la culture aurignacienne, appartenait à de vieux haplogroupes * tels que H-P96, C-V20 et peut-être même A1a.
* Un haplogroupe  du chromosome Y (ADN-Y) peut être perçu comme un groupe d'humains ayant un même ancêtre commun en lignée patrilinéaire.

Haplogroupe H: Cet haplogroupe est commun à tout le sous-continent indien mais on le retrouve aussi chez les Roms.
Peuple dravidien: Haplogroupe H
Haplogroupe C: Cet haplogroupe serait apparu il y a au moins 60 000 ans. Il est typique des populations de Mongolie, de Polynésie, d'Australie, d'Inde et de la partie la plus orientale de la Russie.
Genghis Khan : Haplogroupe C3
Haplogroupe A1a: L’haplogroupe A dont l’origine et la plus grande diversité se trouvent en Afrique est également le plus ancien des haplogroupes.
Peuple khoïsan : Haplogroupe A1a


2) Il y a environ 32 000 ans: I & E1b1b
L'haplogroupe I représente aujourd'hui ~15% de la population de la France.
L'haplogroupe E1b1b représente aujourd'hui ~7.5% de la population de la France (la plupart de la population définie comme noire).

Les peuplades robustes de l'Aurignacien ont été succédées par des hommes à la forme plus gracile au cours de la période du Gravettien (32.000-22.000 ans). Cette deuxième vague d'hommes modernes aurait pu apporter l'haplogroupe I et éventuellement aussi certaines lignées E1b1b.

Haplogroupe I: L'haplogroupe I est le lignage paternel majeur le plus ancien d'Europe et peut-être le seul qui y naquit. L'haplogroupe I est divisé en de nombreux sous-groupes et serait né dans les Balkans il y a plus de 30 000 ans. L'haplogoupe I a dominé le sud-est de l'Europe avant l'expansion de l'haplogroupe R (composant par la suite les Indo-Européens), qui assimila sa population féminine sauf dans les endroits moins accessibles comme la Scandinavie, la Sardaigne et les Balkans yougoslaves. Cet haplogroupe est principalement retrouvé aujourd'hui chez les populations européennes notamment dans la péninsule balkanique et Sardaigne (25 à 50%) ou chez les Roumains, les Bulgares (fréquences de 20 à 30 %). En Suède, Norvège, Danemark,  Islande et au nord de l'Allemagne (avec les haplogroupes I1 et I2b) , à des fréquences de 25 à 50%
Leo Tolstoy : Haplogroupe I1
Nikola Tesla : Haplogroupe I2a
Napoleon III : Haplogroupe I2

Haplogroupe E1b1b: La plus grande diversité génétique de l'haplogroupe E1b1b se trouve dans le nord-est de l'Afrique, surtout en Éthiopie et en Somalie
Nelson Mandela : Haplogroupe E1b1a



3) Il y a environ 12 000 ans: I2 & E1b1b
L'haplogroupe I2 représente aujourd'hui ~6.5% de la population de la France.
L'haplogroupe E1b1b représente aujourd'hui ~7.5% de la population de la France.

Au cours de la période mésolithique, à partir de la fin de la dernière glaciation (vers 10.000 avant notre ère) et s'étalant jusqu'à l'adoption de l'agriculture (de vers 5500 avant notre ère dans le sud de la France jusqu'à 4000 avant notre ère au nord des Pays-Bas), les habitants du Benelux et de France auraient appartenu principalement à l'haplogroupe I2 et en particulier à I2a1a (M26), bien que I2a2 pourrait avoir existé entre Alsace et la Franche-comté et le Benelux. E1b1b se serait pendant ce temps étendu d'Espagne et d'Italie vers le sud de la France.

Martin Luther : Haplogroupe I2a1
Napoleon Bonaparte: Haplogroupe E1b1b
(Professeur Gérard Lucotte a testé l' Y-ADN de Napoléon I, Napoléon III et de leurs descendants)
Albert Einstein: Haplogroupe E1b1b
Adolf Hitler: Haplogroupe E1b1b

Pour plus de renseignements :



4) Il y a environ 7 000 ans: E1b1b, G2a, J1, J2 & T
L'haplogroupe E1b1b représente aujourd'hui ~7.5% de la population de la France.
L'haplogroupe G représente aujourd'hui ~5.5% de la population de la France.
L'haplogroupe J représente aujourd'hui ~7.5% de la population de la France. Il représente une part importante de la population sémitique (e.g. arabe ou juive).
L'haplogroupe T représente aujourd'hui moins de ~1.5% de la population de la France (une proportion négligeable).

Le néolithique a vu l'avènement de l'agriculture (élevage de bétail, puis l'agriculture céréalière), l'utilisation de la poterie et le remplacement du mode de vie nomade par la sédentarisation. Originaire du Croissant Fertile vers 9500 avant notre ère, le néolithique se propagea à travers l'Anatolie et la Grèce, puis se scinda en deux groupes. Au sud, un premier groupe traversa la Méditerranée, vers l'Italie, le sud de France et la péninsule ibérique et devenint la culture de la céramique cardiale (5000-1500 avant notre ère). La branche nord se développa d'abord dans les Balkans avec la culture de Starčevo (6000-4500 AEC) et la culture rubanée (LBK) (5500-4500 AEC), suivant le Danube et ses affluents jusqu'en Allemagne, le nord de la France et le Benelux.
Les éleveurs et agriculteurs néolithique du Proche-Orient semblent avoir appartenu à haplogroupes E1b1b, G2a, J1, J2 et T.

Haplogroupe G2a: De nos jours, l'haplogroupe G se retrouve partout de l'Europe occidentale et du nord-ouest de l'Afrique jusqu'à l'Asie centrale, l'Inde et Afrique de l'est, bien que partout à de faibles fréquences (généralement entre 1 et 10 % de la population). Les seules exceptions sont la région du Caucase, le centre et le sud de l'Italie et la Sardaigne, où le pourcentage oscille entre 15 % à 30 % des lignages paternels.
Joseph Stalin : Haplogroupe G2a1a
Haplogroupe J1: De nos jours, l'haplogroupe J1 culmine chez les Arabes des marais du sud de l'Irak (81 %), les Arabes soudanais (73 %), les Yemeni (72 %), les Bédouins (63 %), les Qatari (58 %), les Saudis (40 %), les Omani (38 %) et les Arabes palestiniens (38 %). Des pourcentages élevés sont également observés dans les Émirats Arabes Unis (35 %), la côte de l'Algérie (35 %), la Jordanie (31 %), la Syrie (30 %), la Tunisie (30 %), l'Egypte (21 %) et le Liban (20 %). La plupart des J1 arabes appartient à la variété J1-P58.
Le roi Abdallah II de Jordanie (la dynastie des Hachémites) : Haplogroupe J1
Haplogroupe J2: Le pourcentage le plus élevée de J2 au monde se trouve parmi les Ingouches (88 % des lignées paternelles) et les Tchétchènes (56 %) dans le Caucase du Nord. En dehors du Caucase, les fréquences les plus élevées de J2 sont observés à Chypre (37 %), en Crète (34 %) ainsi que chez les Juifs (de 19 à 25 %). Un quart de la population valaque (communautés isolées de locuteurs de langue romane dans les Balkans) appartiennent à J2. Géographiquement, « Valaques » désigne, en Roumanie, les habitants de la Valachie (région méridionale du pays) et, dans la péninsule des Balkans, les populations de langue romane soit les Aroumains, les Mégléno-roumains et les Istro-roumains.
La famille Rothschild : Haplogroupe J2
Haplogroupe T: L'haplogroupe T1 (M70, M184) est trouvé à une petite majorité chez les indigènes Kurukh, Bauris & Lodha en Inde; et une forte minorité de Rajus et Mahli en Inde, Sud Égyptiens et Foulbé en Afrique, Chians, Allemands Stilfser/Tyroliens Saccensi/Siciliens, Eivissencs et Juifs du Nord-Est Portugal en Europe, Zoroastriens, Bakhtiaris au Moyen-Orient, et les Xibes en Extrême-Orient.
Thomas Jefferson (président des États-Unis, de 1801 à 1809) : Haplogroupe T






5) Il y a environ 5 500 ans: R1a & R1b (les Indo-Européens)
L'haplogroupe R1a représente aujourd'hui ~3% de la population de la France.
L'haplogroupe R1b représente aujourd'hui ~58.5% (la majorité) de la population de la France.

Le grand bouleversement culturel et génétique est venu avec l'âge du Bronze, avec l'arrivée des Indo-Européens (R1a & R1b), qui a débuté avec la culture Yamna (3500-2300 AEC) dans la Steppe pontique, au nord de la mer Noire.

Haplogroupe R1a est l'haplogroupe le plus repandu en Europe centrale et de l'est, surtout en Pologne (56%), en Ukraine (50%), Biélorussie (45%), en Russie (40%), en Slovaquie (40%), en Lettonie (40%), en Lithuanie (38%), et en République tchèque (34%), ce qui en fait un haplogroupe clairement balto-slavique.
Max von Sydow: Haplogroupe R1a
Tom Hanks: Haplogroupe R1a
Haplogroupe R1b: Cet haplogroupe se compose de trois principaux sous-clades, R1b-M269, très fréquent en Europe de l'Ouest, R1b-V88 qui se retrouve surtout dans certaines parties de l'Afrique subsaharienne et au Moyen-Orient et R1b-M73 qui se rencontre en Asie du sud et de l'ouest.
George Washington: Haplogroupe R1b-U152
Abraham Lincoln: Haplogroupe R1b-U152


6) Il y a environ 4 500 ans: R1a
L'haplogroupe R1a représente aujourd'hui ~3% de la population de la France.

R1a fut le premier à atteindre le Benelux et le nord-est de la France, avec la culture de la céramique cordée (2400-2900 AEC).
Roi Willem-Alexander des Pays-Bas : Haplogroupe R1a



7) Il y a environ 4 200 ans: R1b
L'haplogroupe R1b représente aujourd'hui ~58.5% (la majorité) de la population de la France.

A en juger de la propagation de l'âge du Bronze en Europe occidentale, les premiers Proto-Celtes ont atteint la France et le Benelux vers 2200 avant notre ère, suivi des îles Britanniques vers 2100-2000 AEC. Cette première migration aurait apporté la sous-clade L21 de R1b dans le nord-ouest de l'Europe. Grâce à un effet fondateur L21 est devenu la lignée paternelle dominante parmi les anciens Bretons insulaires et les Irlandais et elle l'est resté jusqu'à nos jours chez les Bretons, Gallois, Ecossais des Highlands et Irlandais.
Louis XVI (Maison de Bourbon) : Haplogroupe R1b-U106



8) Il y a environ 3 500 ans: R1b-U152 (marqueur d'ascendance gauloise)
L'haplogroupe R1b représente aujourd'hui ~58.5% (la majorité) de la population de la France.

La troisième branche proto-celtique majeure est R1b-U152, qui semble avoir évolué à partir des cultures des champs d'urnes, de Hallstatt et de La Tène (1300-50 AEC) autour des Alpes. Une migration précoce de la culture des champs d'urnes a introduit R1b-U152 en Italie vers 1200 avant notre ère, où ils devinrent les tribus italiques, y compris les Romains. La culture de La Tène (450-50 avant notre ère) est la lignée la plus fortement associée avec les anciens Gaulois. La Gaule englobait toute la France actuelle ainsi que la Belgique et le sud des Pays-Bas jusqu'au Rhin et la Rhénanie allemande, un territoire qui correspond justement à aux endroits où U152 atteint ses fréquences les plus élevées en dehors de l'Italie. R1b-U152 peut donc être considéré comme un marqueur d'ascendance tant gauloise qu'italique.



9) Il y a environ 2 600 ans

Entre 600 et 300 avant notre ère les Grecs établirent des colonies le long de la côte méditerranéenne de la France, fondant notamment Agde, Marseille, Hyères et Nice. Les Grecs de l'antiquité auraient apporté principalement les haplogroupes E1b1b et J2 avec eux, mais également une minorité de G2a, J1, R1b-L23 et T.



10) La répartition des haplogroupes en France aujourd'hui, sur base des données actuellement disponibles:

Region/Haplogroupe ADN-Y I1 I2a I2b R1a R1b G J2 J1 E1b T Q
Alsace 8 1 3 3 55 6 8 1 10 4 1
Auvergne 2 1 1.5 5.5 52.5 9 8 3.5 12.5 4.5 0
Bretagne 8 1 4.5 0.5 80 2 2.5 0.5 0.5 0 0
Corse 0 18.5 1 0 49 7.5 14 0 8 0.5 0
Nord-Pas-de-Calais 13 2.5 1 2.5 61 6 2.5 0 12 0 0
Gascogne 0 4.5 0 0 91 0 4.5 0 0 0 0
Île-de-France 2.5 2 2 3.5 57.5 3.5 6.5 1 20.5 0 0
Provence 2 4 1 5 58 7.5 8.5 1 10.5 1 2
Midi-Pyrénées 2.5 5 2.5 4 61 4 8.5 4 7.5 1 0
Normandie 7 4 2 1 76 0 2 1 5 0 1
Poitou-Saintonge 1.5 3 0 0 74.5 7.5 6 0 1.5 0 0
Rhône-Alpes 7 1.5 2.5 5 66.5 5 2.5 0 5 0 5
TOTAL FRANCE 8.5 3 3.5 3 58.5 5.5 6 1.5 7.5 1 0.5




Pour plus de renseignements:
« Une histoire génétique de la France et du Benelux » :
http://www.eupedia.com/europe/projet_adn_benelux_france.shtml
« Origine, répartition, âge et relation ethnique des haplogroupes européens » :
http://www.eupedia.com/europe/origines_haplogroupes_europe.shtml
« Comprendre le génome humain et la génétique » :
http://www.eupedia.com/genetics/le_genome_humain.shtml
« Journey of Mankind » :
http://www.bradshawfoundation.com/journey/
« Melting Pot Europe » :
http://peopletales.blogspot.fr/2015/12/melting-pot-europe.html
« Nos ancêtres les Gaulois » :
http://www.lefigaro.fr

POPULAR POSTS / POSTS POPULAIRES