37) Vlad III, prince de Valachie (1431-1476) ou la véritable histoire de Dracula

La signature de Dracula - "Wladislaus Dragwlya" :

Le voïvode Vlad III Basarab, surnommé « l'Empaleur » (en roumain Țepeș), dit Drãculea (en roumain « fils du diable » ou « fils du dragon »), est né en 1431 (décembre) dans la forteresse de Sighișoara en Roumanie (ville de Transylvanie où son père exilé a séjourné de 1431 à 1435) et mort en décembre 1476 à Bucarest. L’Empaleur a été le neveu d'un autre grand souverain romain, Mircea Ier de Valachie (1386 - 1418). Vlad III Basarab est prince de Valachie en 1448, puis de 1456 à 1462 et en 1476.


Sa vie et ses actions s’inscrivent dans le contexte extrêmement mouvementé du milieu du XVe siècle pour l’Europe de l’est. Le Saint-Empire romain germanique et les pays chrétiens d’Europe de l’ouest, en particulier les royaumes d’Autriche, de Hongrie et de Pologne sont sérieusement menacées par la poussée de l’Empire ottoman, qui vient de faire tomber définitivement l’Empire Byzantin avec la chute de Constantinople le 29 mai 1453. Les régions qui se situent entre les deux empires constituent le dernier rempart de la Chrétienté (catholique et orthodoxe) contre les Musulmans, et sont le théâtre de batailles acharnées. Les sultans consolident leur contrôle sur Constantinople, et assiègent les Balkans, jusqu’à se rendre maîtres de la plus grande partie de cette région, futurs États modernes comme la Serbie, la Hongrie, la Roumanie, la Bulgarie, l’Arménie, et la Grèce, pour être finalement arrêtés aux portes de Vienne.

Vlad Țepeș, portrait du XV-e siècle (château d'Ambras)

"Il n'était pas très grand, mais râblé et fort, avec un aspect cruel, terrible, un nez droit, des narines dilatées, un visage mince et rougeaud ou les grands yeux verts, bien fendus, étaient ombrés par des sourcils noirs, broussailleux qui les faisaient menaçants. Il avait les joues et le menton rasés et portait moustache. Les tempes gonflées augmentaient le volume de la tête que soutenait un cou de taureau encadré par les vagues d'une légère chevelure bouclée, noire, qui retombait sur les larges épaules."
Nicola de Modrusa - Historia de bellis Gothorum (1475)

1431 ~ 1441 La jeunesse à Sighișoara et en Valachie
Drãculea était le fils de Vlad II le Dragon (1397 - décembre 1447), commandant de frontière avec la responsabilité de protéger les routes commerciales de Transylvanie vers la Valachie pour l'Église catholique romaine.


Vlad II était membre de l'Ordre du Dragon, une société militaire à caractère religieux fondée en 1387 par l'empereur Romain Sigismund et sa seconde femme Barbara Cilli; cette confrérie avait pour but la protection des intérêts catholiques et de défendre l'Europe contre la menace du puissant Empire Ottoman.


En 1436, Vlad II est couronné prince de Valachie et s'installe au palais de Târgoviște - capitale princière. Dans l'espoir d'une paix durable avec le Sultan Murad II, de nombreux pactes d'alliance sont signés mais d'importants troubles politiques ne tarde pas à déchirer le royaume.

Vlad III l'Empaleur bâtit la tour de Chindia, le symbole de Târgoviște
- la dernière capitale de la Valachie, avant Bucarest (1418-1659)

1442 ~ 1448 Otage au sultan Mourad II
Après une visite de Vlad II en terre Turque, celui-ci confie la garde de ses deux jeunes fils Vlad et Radu, pour respecter les exigences du Sultan qui garantiront une paix durable entre les deux royaumes. Jusqu’en 1448, Vlad III restera à la cour du Sultan, tandis que son frère Radu ne partira qu'en 1462.

1448 ~ 1455 Le premier règne et la lutte pour le trône
De retour au pays, le jeune Vlad apprend que son père a été tué par son rival, le prince Vladislav II. Mircea son frère aîné, fut quant à lui enterrer vif après avoir été torturé par les aristocrates de Târgoviște. Menant plusieurs campagnes militaires pour reprendre le pouvoir, il est forcé d'abdiquer devant l'assassin de son père, mais lors d'une seconde tentative pour reconquérir son trône, il n'hésite pas à tuer le prince Vladislav II.
Avant de devenir souverain de la Terre roumaine pour la deuxième fois - en 1456, Vlad Dracula a été le gouverneur militaire de la Transylvanie méridionale pendant 5 ans.

Pamphlet contemporain de Strasbourg
(représentation tirée des chroniques de Brodoc montrant Vlad Țepeș dînant
devant des exécutions par empalement), 1500

1456 ~ 1462 Le deuxième règne de Vlad Țepeș
Après être devenu prince de la Valachie, pour imposer l’ordre dans le pays, il a recouru aux méthodes brutales de punir l'injustice. La plus connue était l’empalement, d’ici provenant son nom d’Empaleur.
En 1457, les marchands saxons de Transylvanie de Sibiu et de Brașov essaient de le remplacer par un « prêtre des Roumains », identifié comme étant le futur souverain Vlad IV Călugărul (Vlad IV le Moine), qui leur promet des avantages douaniers. Les commerçants de Brașov choisissent un autre prétendant, Dan III Dănicu, le frère de Vladislav II. Vlad franchit alors les Carpates et, une fois en Transylvanie, punit ses ennemis, jusqu'au moment où Matthias Corvin, fils de Jean Hunyadi, intervient en négociant un accord, ce qui montre les limites de l'indépendance du pouvoir de Vlad Țepeș, même sur ses terres, en face du pouvoir hongrois. Dan III, soutenu par Matthias, passe les Carpates depuis Brașov vers la Valachie, où il est pris et exécuté par Vlad le 22 avril 1460. Les représailles envers les marchands saxons de Transylvanie établis en Valachie sont alors terribles, et, bien qu'aucun n'ait été empalé, Vlad acquiert ainsi sa réputation de monstre auprès des Occidentaux. Les marchands saxonnes à Braşov, qui ont entré en conflit avec l'Empaleur, ont été ajoutés d'autres actes abominables, en disant que ses ennemis ont été écorchés vifs, bouillis, décapités, aveuglé, pendu, brûlé.
Poussé par la vengeance contre les boyards responsables de la mort de son père et de son frère Mircea, le dimanche de Pâques 1459 Vlad Țepeș fait arrêter tous les nobles soupçonnés d'avoir pris part au coup d'Etat contre son père et il fait empaler les plus puissants et force les plus jeunes à l'exode vers le bourg de Poenari. Au cours de cette marche de 80 kilomètres, personne n'est autorisé à se reposer, et beaucoup mourront en route. Arrivés à destination, Vlad exige des survivants qu'ils lui érigent une nouvelle forteresse qui surplombera la rivière Argeș.


La ville de Bucarest a été premièrement mentionnée en 1459, dans un document délivré par la cour du Prince Vlad. C’était à cette époque-là que la ville a commencé se développer comme un important centre économique et politique de la Valachie, en tant qu'une des résidences de Vlad III. L’ancienne cour princière est l’ensemble architecturel le plus important qui évoque ces moments.

Gravure sur bois représentant Vlad l'Empaleur, 1488

Vers 1462, des chroniques font état de sa cruauté et de ses méfaits. L'empalement est de mise pour quiconque ose le défier ou celui ne respectant pas la loi. Son château est le lieu des pires crimes et abominations, dans un souci d'ordre et de respect, il n'hésite pas à torturer, mutiler et à brûler nobles ou mendiants.

Gravure représentant un empalement où le pieu ressort par la bouche.
Extraite du livre De Cruce de Juste Lipse

Au sommet de son règne, Vlad décide d'une campagne militaire contre les Turcs, ses anciens alliés, installés le long du Danube. Bénéficiant de l'effet de surprise, les troupes de Vlad sortent victorieuses. Mais la victoire est de courte durée, le Sultan Mehmed II envahit la Valachie à la tête d'une armée trois fois supérieure à celle de l'Empaleur (les troupes ottomanes forcent le Danube à Vidin et envahissent la Valachie le 4 juin 1462). Vlad attaque le camp turc par surprise dans la nuit du 17 au 18 juin pour tenter de s’emparer du sultan, mais doit se replier. L’armée turque marche sur Târgoviște (la capitale de la Valachie), la contourne après avoir rencontré une forêt de 10000 prisonniers turcs empalés, puis avance vers l’est sur Bràila. Les Turcs laissent le pays ravagé mais Vlad Tepes conserve le pouvoir.

La citadelle de Poenari fut un point stratégique de contrôle du passage entre Valachie et Transylvanie
érigé au début du XIII-e siècle par les princes valaches

1462 ~ 1474 Prisonnier en Hongrie
Mehmet II laisse à Brăila son favori Radu le Bel, demi-frère de Vlad, qui rassemble les Valaques opposés à Dracula et affronte son frère. Il obtient l’appui des Saxons et des Szeklers de Transylvanie en leur ouvrant la route de la mer Noire. Le Sultan arrive à convaincre Radu, le frère de Vlad de mener une campagne contre ce dernier. À la tête d'une armée composée des légions turques et des détracteurs de Vlad, Radu envahit la Valachie et force son frère à trouver refuge dans la forteresse de Poenari. Aidé par quelques paysans du village d’Arefu, Vlad gagne la Transylvanie pour y rencontrer le nouveau roi de Hongrie, Matthias Corvinus. Mais ce dernier fait mettre Dracula aux arrêts et l'emprisonne à Visegrád (à l'automne de 1462 Vlad Tepes a été prise au château de Bran ou il a été enfermé pour quelques mois, avant d'être envoyé en Hongrie).

"Dracole Wayda" Edition Joh. Stuchs, Nürnberg, 1520

Vlad passera 12 (douze) ans en prison en Hongrie et deviendra bien plus tard le beau frère de son geôlier, il épousera la soeur de Mathias (Ilona Hunyade Nelipic) et deviendra à cette fin catholique, d'orthodoxe qu'il était. Ce choix décidera de sa libération en 1474. Une fois libéré, il retourne en Valachie et s'installe à Bucarest qui, à l'époque, n'était qu'une petite bourgade parmi d'autres.

1474 ~ 1476 Le troisième et le dernière règne
C'est l'arrivée de Vlad et son troisième règne qui auraient fait prospérer la ville de Bucarest. Il faudra attendre 1476 et la mort de Radu, pour que Vlad puisse reprendre son titre princier et - pour une troisième fois - reprendre son trône.


Mais en décembre 1476, lors d'une nouvelle campagne militaire contre les Turcs, Vlad et ses hommes sont attaqué par un contingent de 4000 hommes, il finira assassiner et pour montrer la détermination turque, sa tête sera empalé sur un pieu dans Constantinople (la nouvelle capitale de  l’empire ottoman pendant cinq siècles - à partir de 1453, remplaçant Edirne - Andrinople, en Thrace).

La tombe de Vlad l'Empaleur
Vlad Țepeș est enterré au monastère de Snagov, sur une île proche de Bucarest. Selon l'historien Constantin Rezachevici, le tombeau pourrait aussi être situé sur la localité du monastère de Comana (cette deuxième théorie - apparemment plus rationnelle, ne disposant d’aucun type de preuve). Les études récentes ont montré que le « tombeau » de Vlad Țepeș au monastère de Snagov ne contient que quelques ossements de chevaux, datés du néolithique, et ne correspondent pas aux vrais restes du prince valaque.


D'après le livre de Radu Florescu et Raymond McNally: "À la Recherche de Dracula", il y a deux tombes à Snagov: la première à l'entrée de la chapelle du monastère et la seconde au pied de l'autel. On s'accorde généralement à dire que c'est la seconde qui devait contenir le corps (décapité) de Vlad. En 1932, une mission archéologique roumaine ouvrit la première tombe et n'y trouva que des fragments d'ossements humains, mâchonnés par des bêtes. L'autre tombe fut également ouverte. L'équipe d'archéologues y découvrit un squelette d'homme très friable et privé de son visage, sa tête recouverte d'un tissu de soie, une épée, une médaille de l'Ordre du Dragon, une couronne, les restes d'une cape pourpre et une bague de femme, cousue à l'intérieur de ce qui fut autrefois la manche d'un vêtement (tradition d'amour courtois très répandue en Europe à la fin du Moyen Âge): l'inventaire du Musée d'Histoire et d'Archéologie de Bucarest, et des photos, en témoignent.


Épouses et descendants
Vlad Țepes a veçu plusieurs histoires d'amour (avec Ursulla de la ville de Sighișoara/Schassburg, Erika de la ville de Bistrița/Bistritz, Lize de la ville de Sibiu/Hermannstad,  avec la fille de l'armaș Dracea de Mănești, avec une fille nommée Katharina Siegel ~1450: la fille d’un tisserand de la ville de Brașov/Kronstadt) et il a eu trois épouses:
- Cnaejna Bathory de Transylvanie (1452 ~ 1457; probablement de la famille d'Erzsébet Báthory, mère de Radu et Vlad IV Ţepeluş). Il paraît que les sources historiques ne prouve l'existence de cette Cneajna Báthory (on sait que la mère de Vlad III s'appelait Cneajna)
- Jusztina Szilagyi de Moldavie (1457 ~ 1462; mère de Mihail et Mihnéa Ier le Mauvais). La légende dit que Iustina Sălăgeanu s'est suicidée dans la forteresse de Poenari (elle se jette par une fenêtre de la citadelle, dans la rivière)
- Ilona Hunyade (Nelipic) de Valachie (1463 ~ 1476; sœur ou cousine de Mathias I Corvin, mère de Zaleska).


Quels liens entre Dracula, Napoléon III et le Prince Charles ?
Du point de vue génétique, il est probable que Dracula appartenait à l'haplogroupe I2 (ligne paternelle) et à l'haplogroupe H (ligne maternelle). Les études anthropologiques sur les populations valaque modernes, y compris l'étude National Genographic - 2012, sur les Roumains et les rois de Valachie, suggèrent que l'haplogroupe I2 est le groupe paternel le plus commun (~ 40%) dans cette région.
Napoléon III (Louis-Napoléon Bonaparte, né à Paris, le 20 avril 1808 et mort à Chislehurst au Royaume-Uni, le 9 janvier 1873) appartenait aussi à l'haplogroupe I2: le professeur Gérard Lucotte* a testé l'ADN (la lignée paternelle) de Napoléon Ier (né le 15 août 1769 à Ajaccio en Corse, dans le royaume de France, et mort le 5 mai 1821 sur l'île Sainte-Hélène), Napoléon III et de leurs descendants, et a été en mesure de confirmer que Napoléon III n'était pas le neveu biologique du premier empereur des français. Alors que Napoléon Ier appartenait à l'haplogroupe E-M34 (E1b1b1c), Napoléon III, le fils présumé de Louis Bonaparte et d'Hortense de Beauharnais, appartenait à l'haplogroupe I2 (apparemment à la sous-clade M223). Il a émis l'hypothèse que Napoléon III a été le fils du comte Charles de Flahaut - l'amant de Hortense.
Gérard Lucotte est docteur en génétique, docteur en sciences, et professeur à l’École d’Anthropologie de Paris. Spécialiste des marqueurs génétiques, il revendique être à l’origine de la découverte des variants ADN du chromosome Y et de leur utilisation en anthropologie moléculaire.
Le prince Charles, l’héritier du trône d’Angleterre, a déclaré être un descendant de Vlad l’Empaleur, le chef de guerre roumain du XVe siècle, selon USA Today. Les généalogistes avaient montré un lien entre Vlad et la famille royale d’Angleterre via sa grand-mère, la reine Marie - sœur du roi George V (Maud Charlotte Mary Victoria de Saxe-Cobourg-Gotha, princesse de Grande-Bretagne et d'Irlande; 1869 - 1938). "Mon arbre généalogique montre que je suis le descendant de Vlad l'Empaleur, j'ai donc des liens avec la Roumanie", a déclaré le prince Charles, dans un documentaire diffusé le 30 octobre 2011 sur la chaîne de télévision Travel Channel.

Österreichische Galerie Belvedere; ~1480

Interprétations de l'héritage de son règne - Vlad Țepeș, monstre ou héros?
Vlad est un prénom masculin d'origine slave. Dans le cas de Dracula (Влад Це́пеш Дра́кула), le prénom Vlad est un dérivé de Vladislav (Владисла́в), qui vient du slave vlad, « régner », et slav, « gloire, célébrité ».
La pratique du supplice du Pal lui valut son surnom de Vlad Țepeș, l'empaleur, mais aussi une réputation de grand sadique qui semble avoir été amplifiée par la propagande germano-hongroise.
Selon les chroniqueurs orientaux, "Vlad Ţepeş était un chef qui utilisait la terreur pour se faire respecter de ses ennemis, un adversaire redoutable et respectable".
Antonio Bonfini (1434–1503), l'historien officiel du roi hongrois Mathias Corvin, caractérisé Vlad Țepeș comme un prince cruel, mais juste.

« Vlad III l'Empaleur a le mérite de mettre sur le trône de Moldavie le plus grand prince roumain: Étienne le Grand (1433 - 1504).
Et il a le mérite de battre Étienne dans plusieurs batailles.
Il a notamment le mérite d'établir la morale absolue... avec les pals; que tu pourrais dormir avec le sac de pièces d'or sous la tête et d'avoir peur que tu voles toi-même le sac! »




« I saw the tyrant of the Wallachians, Dracula, a name they use to call the devil, I saw him captive while I was in charge with the position of legate on behalf of Pope Pius II to the king of Huns' Court. He was not too tall, but very stalwart and sturdy, a cruel and terrible look on his face, his nose big and aquiline, his nostrils swollen, his face thin and slightly reddish, his long eyelashes surrounding his green and wide open eyes, and his eyebrows black and bushy made them threatening, his face and chin shaved, save for his moustache. His bull-like neck linked his tall nape to his broad shoulders covered by his black and curly hair. »
Nicola de Modrusa - Historia de bellis Gothorum (1475)


« Dracula was so uncompromising in his domains that when someone was suspected of theft, lying or was accused of some crime, had no chance of staying alive. Whether this was a noble, a peasant or a priest, could not in any way evade justice. It is said that in a city he ruled there was a fountain from which gushed fresh water. The travelers could drink at their leisure because Dracula had placed close to the source a large golden cup adorned with precious stones. For as long as this voivod ruled, the cup remained in his position because nobody would have in mind to steal it. »






« And he hated evil in his country so much that, if anyone committed some harm, theft or robbery or a lye or an injustice, none of those remained alive. Even if he was a great boyar or a priest or a monk or an ordinary man, or even if he had a great fortune, he couldn't pay himself from death. »

Balkan Peninsula, a map from "Chronica" by Sebastian Münster, 1588


Sources:
Vlad III Tepes l’Empaleur (Dracula)
Vlad Țepeș
Sous le signe du corbeau et anneau
Vlad III l'Empaleur
Vlad II le Dragon
Château de Bran
Famous members of haplogroup I2
Vlad Țepeș: Brief History
Unveiling the Halloween Monster DNA
Drakulát is a falra akasztották
Curtea Veche
Pouvoir du Mal: Les méchants dans l'histoire. By Jean Tulard
Is This Dracula's Real Tomb?
Dracula Untold ►
Was Dracula een Vlaming?

Niciun comentariu:

Trimiteți un comentariu

POPULAR POSTS / POSTS POPULAIRES